8- MALAISIE - SINGAPOUR        7 juillet  2001 -  18 août 2001
41 jours - du 07/07/2001 au 17/08/2001 - 17 jours roulés - 1222 kms - Plus longue distance : 141 kms - 72 kms/jour - 1000 kms en bus
     1. De la frontière thaïlandaise à Kota Bharu

 
Bouddha est derrière nous. Mahomet et ses fidèles devant. Toujours les mêmes sensations reviennent lorsque nous passons une frontière. C'est comme si nous débutions encore une fois notre voyage. Les sens sont en alerte. La route est impeccable, les villes et villages bien signalés. Il fait beau et chaud. Il nous manque seulement quelques ringgits pour acheter de quoi s'hydrater le gosier.
 Marché couvert de Khota Bharu Avant Kota Bharu, nous nous faisons insulter par des types à moto qui nous lancent des "Fuck you!". Où avons-nous atterri? C'est ça la Malaisie? La même scène se reproduira 2 fois encore à la sortie de Johor Bahru. Après plus rien. Nous croisons un cyclo. Il ne répond pas à notre salut. Trop concentré à respecter sa moyenne?
Affamés et assoiffés, nous arrivons à Kota Bharu et nous jetons sur le premier fast food venu, histoire d'aller au plus vite. Pas moyen de trouver une chambre à peu près habitable dans notre budget. Les guesthouses pour les backpackers sont regroupées près du marché de nuit et de la gare routière. 
L'état des chambres est déplorable. Nous nous rabattons sur un hôtel chinois qui ne vaut pas mieux côté qualité-prix. Dans la chambre, un panneau est accroché au mur: "Please keep the place clean". Ils se foutent de notre gueule... On nous avait prévenu: question logement, rien à voir avec la Thailande, c'est plus sommaire en Malaisie. Visite du marché de nuit décrit 
par les guides comme un des plus intéressants de Malaisie. C'est vrai, ça grouille de monde et l'odeur de graillon envahit la place. Marché couvert de Khota Bharu (rayon poissons séchés, ça fouette...)

 
Nous changeons de guesthouse dès le lendemain et en cherchons une autre à l'extérieur de la ville. DE 999, drôle de nom mais c'est une des plus conviviales que nous ayons vu durant tout notre voyage. Le propriétaire, un malais d´origine chinoise, n'est pas là de la journée mais fait un tour tous les soirs pour faire le ménage et discuter avec les résidents.
Pour les sorties en ville, nous avons les vélos. C'est un des avantages du cyclo sur le touriste en sac à dos. Il peut se déplacer librement comme bon lui semble. Pas la peine d'attendre interminablement un bus ou un hypothétique pousse-pousse pour faire quelques kilomètres, nous enfourchons les vélos.