7- THAÏLANDE Nord et Sud        3 mai  2001 -  6 juillet 2001
64 jours - du 03/05/2001 au 06/07/2001 - 25 jours roulés - 1791 kms  - Plus longue distance : 130 kms - 71,5 kms/jour - Trop de kilomètres en bus... 5 kms de stop
     1. de la frontière laotienne à Chiang Mai (1)

Malgré la journée de récupération, nous n'avons toujours pas... récupéré. La route de Chiang Khong vers Chiang Saen longe pendant quelques kilomètres le Mékong puis bifurque vers un col. Helga est fatiguée. Un camion s'arrête et nous embarquons dans la benne à l'arrière. Une longue descente nous entraîne jusqu'à Chiang Saen.
Le lendemain, Helga prend le bus pour Chiang Mai ou il est prévu que nous nous retrouvions dans quelques jours, le temps pour moi de la rejoindre à vélo. Elle commence demain ses cours de massage thai.
J'arrive au fameux triangle d'or, point de rencontre entre la Thailande, le Laos et la Birmanie. Grosse déception : une rue principale longeant le Mékong bordée de magasins pour touristes, des casinos, quelques hôtels. 
Quelques femmes parées de costumes traditionnels font la pose devant des pancartes ventant la renommée du site. Je remonte jusqu'à Mae Sai tout au nord, à la frontière birmane. Là aussi, rien de spécial à voir. Ces endroits ne sont pas à la hauteur de leur réputation!
La DDE locale ne semble pas savoir que les virages facilitent la montée des fortes pentes car celles ci accusent un dénivelé destructeur de mollets. La route grimpe presque tout droit dans la direction de la plus forte pente!
Je fais demi tour, direction Chiang Rai. Le sud. Toujours le sud, jusqu'à Singapour alors que nous avons passé ces 5 premiers mois à faire des ronds, des détours, des retours en Indochine. Sumatra est éliminée du parcours car nous sommes restés plus longtemps au Laos. Helga doit être au plus tard fin août en Autriche. Quant à moi, je suis encore bien motivé pour continuer un bout de chemin après son départ. Mais où? J'ai le choix mais ne sais pas encore.
La pluie s'abat sur toute la plaine. Je suis trempé par cette sauce et les projections d'eau et de boue des camions qui me doublent. J'arrive enfin à Chiang Rai où je reste une journée à visiter le peu qu'il y a à visiter. un marché de Chiang Mai
C'est à dire pas grand chose... 
Un soir, à la recherche d'un cyber-café, je me fais courser par une meute de chiens. En équilibre sur le vélo, j'arrive à décrocher un formidable coup de pied dans le museau de l'un d'eux. Il a pris pour tous les autres qui nous provoquent régulièrement des montées d'adrénaline. Jusqu'à maintenant, nous avons trouvé contre les chiens qui nous coursent les parades suivantes:
1. Accélérer le train
2. Lancer les cailloux précieusement conservés sur la sacoche de guidon en vue d'une attaque surprise en essayant de viser tout en tenant le guidon de l'autre main. Pas facile.
3. S'arrêter, mettre le vélo entre le chien et nous et faire mine de ramasser une pierre par terre. Le chien déguerpit 9 fois sur 10.